Du temps de Benazir Bhutto

Butho Couverture

Auteur : Pierre Lafrance
Date de parution : 01/05/2008

Quatrième de couverture

« Bé ou Bi Nazir (selon la prononciation) est un nom persan voulant dire « Sans pareille. » Celle qui le portait, pensait visiblement, mais sans arrogance, qu’elle en était digne. Pourquoi ce prénom Iranien ? Pourquoi tant d’autres d’origine similaire dans sa famille ? Ali ou Zu-l-Fiqar, Shahnawaz, Murteza ou Fatima, autant de noms arabes ou persans, courant chez les chiites.
Pendant trois ans, de 1993 à 1996, Benazir Bhutto exerça le pouvoir au Pakistan.
Devant affronter les diverses menées de ses adversaires, ainsi qu’un ensemble de crises intérieures et régionales mais toutes de portée internationale, elle a manœuvré, déployé de grands talents et usé de son nom, comme de son charisme sans pouvoir toujours éviter les écueils. Plusieurs d’entre eux se révélèrent assez redoutables pour provoquer des tragédies.
L’auteur qui, pendant toute cette période, a représenté la France au Pakistan se remémore en ce récit, ces temps tourmentés ; il évoque en particulier ses rencontres avec Madame Bhutto. Il laisse librement jouer sa mémoire pour mieux comprendre les péripéties historiques auxquelles il s’est trouvé associé.

Biographie

Né en Tunisie où il a passé sa jeunesse, Pierre Lafrance a été fasciné dès son plus jeune âge par les beautés de la vie musulmane qu’il entrevoyait, puis découvrait. Regardant la Méditerranée, il songeait aux somptuosités de sa rive orientale. Regardant les sables, il se voyait au Sahara. Sa carrière diplomatique, commencée en 1963, l’a conduit précisément partout où il avait rêvé d’être, notamment en Afghanistan, en Iran, en Mauritanie et au Pakistan, lieu de son dernier poste d’ambassadeur. Il a apporté sa contribution à plusieurs ouvrages collectifs consacrés à ce pays et publié divers articles d’analyses politiques s’appuyant sur son expérience.
Toujours ambassadeur de France, l’auteur poursuit ses activités dans l’enseignement et au sein du mouvement associatif.
Arabisant, il a participé avec Yahya Cheikh à la traduction du roman de Naguib Mahfouz, L’Amante du pharaon, Paris, édition du Nouveau monde, 2005 (réédité chez Seuil en 2007).